Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les maisons, magasins de commerce et immeubles de la commune de Sail-sous-Couzan

Dossier IA42001053 réalisé en 2000

Fiche

Aires d'étudesBoën - Sail-sous-Couzan
Dénominationsmaison, magasin de commerce, immeuble
AdresseCommune : Sail-sous-Couzan

La superposition du cadastre ancien de 1835 et de l'actuel, mis à jour en 1986, montre l'importante évolution du bâti en un peu plus d'un siècle et demi. La plupart des constructions " anciennes " du chef-lieu, et leur parcellaire, ont été profondément modifiés pour diverses raisons comme les réalignements des façades, les agrandissements ou percements des voies, les remaniement des façades, les destructions et reconstructions de bâtiments. De fait il reste, à ce jour, très peu de maisons anciennes qui aient conservé leurs caractéristiques d'origine. Ces maisons, en tant que telles devaient être assez marginales, la plupart des constructions étaient des fermes. Aujourd'hui l'habitat de la commune de Sail-sous-Couzan date principalement de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe siècle. Les quelques maisons datées, toutes postérieures à 1850, permettent d'établir des comparatifs stylistiques intéressants avec celles qui ne le sont pas afin d'estimer, en l'absence de recherches documentaires exhaustives, leur période de construction. Un élément architectural précis, l'encadrement en bois des baies, est un repère chronologique important par rapport à celui en brique qui est mis en oeuvre postérieurement au premier.

Période(s)Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le pisé de terre est également le matériau utilisé jusqu'au début du 20e siècle : de 1880 à 1920, le mâchefer, avec le développement de l'industrie métallurgique, à parfois tendance à supplanter la terre, mais la technique de construction, quant à elle, ne change pas. Avec l'arrivée du train et par conséquent la réduction du coût du transport des matériaux, de nombreuses maisons se construisent en dure, faisant venir des moellons de pierre d'horizons différents. De fait sur l'ensemble des 76 maisons ou immeubles repérés sur la commune, 40 sont en pisé, les 36 autres sont en moellons. Dans les cas présents, les façades sont à travées, souvent 2 (27 cas) ou 3 (23 cas), mais celles-ci peuvent, en plus petit nombre aller jusqu'à 5 travées (6 cas), voir 6 (1 cas) ou enfin 8 travées pour un seul cas également. A l'opposé quelques logis n'ont qu'une seule travée (2 cas). Si l'alignement des baies des étages s'opère correctement, le traitement du rez-de-chaussée, est tout autre, la porte d'entrée est souvent excentrée par rapport à l'axe vertical de la façade et à cette première s'ajoute une ou plusieurs autres ouvertures qui peuvent lui être semblables ou plus larges et plus hautes pour permettre l'accès à des hangars, ateliers, boutiques ou magasins, dans ce dernier cas elles sont munies d'une devanture en bois Les maisons étudiées sont de faible hauteur, 4 niveaux au maximum pour 8 d'entre-elles et 23 autres avec 2 niveaux et les 45 dernières avec 3 niveaux. Une majorité de celles-ci comportent donc qu'un seul étage, rehaussé d'un comble à surcroît dont les ouvertures sont rectangulaires et plus larges que hautes. La toiture à longs pans est couverte de tuiles creuses ou plates mécaniques

Toitstuile creuse, tuile plate mécanique
Mursgranite
pisé
enduit
moellon
Décompte des œuvres repérés 76
étudiés 5
© Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel © Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel - Monnet Thierry