Logo ={0} - Retour à l'accueil

Recherche

Besoin d'aide ? Retrouvez nos conseils pour la recherche sur cette page.
Rechercher dans :
Affiner les résultats :
  • Toutes les illustrations
  • Tous les types
Résultats 1 à 20 sur 20 - triés par pertinence
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : la polyclinique
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : la polyclinique Clermont-Ferrand - boulevard Charles-de-Gaulle - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : la polyclinique
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Description :
    Bâtiment de plan en T.
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La polyclinique vue du nord-ouest. IVR83_20156300112NUC4A Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La polyclinique, dessin de l'élévation de la façade principale, non Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La polyclinique, plan du rez-dechaussée, 24 février 1928, Jean Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La polyclinique, coupe est-ouest du bâtiment, au niveau de l'aile Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La polyclinique (Emile-Roux puis Philippe-Marcombes), brochure Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La polyclinique (Emile-Roux puis Philippe-Marcombes), brochure Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La polyclinique (Emile-Roux puis Philippe-Marcombes), brochure Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La polyclinique (Emile-Roux puis Philippe-Marcombes), brochure Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La polyclinique (Emile-Roux puis Philippe-Marcombes), brochure Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La polyclinique (Emile-Roux puis Philippe-Marcombes), brochure
    Texte libre :
    par beaucoup comme le plus beau joyau architectural de l’hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Vue depuis le de Clermont-Ferrand, il formula notamment le projet d’édifier un nouvel hôtel-Dieu à l’extérieur de le privé, les administrateurs des hospices de Clermont-Ferrand avaient créé dans l’hôtel-Dieu, dans plan. Une contribution pleine d’intérêt La polyclinique de l’hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand se foncier). Quoi qu’il en soit, la polyclinique de l’hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand semble appartenir au l’origine de leur création. Par exemple, Hippolyte Bousquet, médecin à l’hôtel-Dieu et professeur à l’école de médecine de Clermont-Ferrand, avait ouvert en 1901 une clinique à Chamalières. Désireux de guerre mondiale, se situait sans doute dans le bâtiment même de l’hôtel-Dieu. Ces locaux, vétustes et peu d’implantation s’étendait à l’ouest de l’enclos de l’hôtel-Dieu, à proximité du boulevard Gergovia. Le 4 novembre limitrophe de Clermont-Ferrand), remporta le lot « terrassements, maçonnerie et ciment armé ». La
    Historique :
    Bâtiment construit de 1928 à 1930 ; architecte Jean AMADON.
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - boulevard Charles-de-Gaulle - en ville
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le Refuge
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le Refuge Clermont-Ferrand - rue Saint-Guillaume - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le Refuge
    Étages :
    étage de soubassement rez-de-chaussée étage de comble
    Description :
    Bâtiment de plan rectangulaire formé de quatre corps entourant une cour rectangulaire.
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, projet non définitif, plan "au rez-de-chaussée du jardin Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, plan du "2e étage sur le jardin", vers 1820 Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, façade sud (vue du sud-est). IVR83_20146300572NUC4A Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, passage entre le Refuge et le corps de bâtiment oriental Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge et le bâtiment de gastro-entérologie vus du nord-ouest Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, façade nord vue du nord-est (à gauche de la photographie Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, corps de bâtiment nord vu du nord-est, état de 1981 Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, façade nord vue du nord-ouest, état de 1981 (avant Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, partie droite de la façade nord vue depuis la rue Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, angle sud-est, avec l'extension accolée à la façade
    Texte libre :
    du bâtiment Au sein du groupe des bâtiments principaux de l’hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand, le finalement rattaché à l’hôtel-Dieu de Clermont le 26 novembre 1793. Le transfert du Refuge Sans doute depuis historique de l’institution La création du Refuge de Clermont-Ferrand (appelé aussi « Maison du Bon pasteur -Guillaume (au nord). Dans le même temps, les administrateurs de l’hôtel-Dieu, eux aussi désireux de transferts du Refuge et de l’hôtel-Dieu sur ces nouveaux emplacements, ainsi que l’acquisition des terrains nécessaires. Le Parlement de Paris enregistra le 1er avril 1765 les lettres patentes pour l’hôtel-Dieu, et le témoigne le relevé « de 1820 ». Un plan d’ensemble de l’hôtel-Dieu daté de 1882, ainsi que les structures l’hôtel-Dieu ? Avant la Révolution, étaient-elles des dortoirs pour le pensionnat de jeunes filles révolutionnaire, la chapelle devint celle de l’hôtel-Dieu. Elle fut réaménagée vers 1850 suivant les plans de – toujours en place –, est également figurée sur le plan de Clermont-Ferrand dressé par Augustin Loriette en
    Historique :
    Construction de 1765 à 1767 ; architecte probable Antoine DEVAL. Extension en 1895, Jean TEILLARD architecte. Remaniement de la chapelle vers 1850, Hugues IMBERT architecte.
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - rue Saint-Guillaume - en ville
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : la maternité
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : la maternité Clermont-Ferrand - avenue Vercingétorix - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : la maternité
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Description :
    Bâtiment à l'origine de plan rectangulaire, puis de plan en L après extension.
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Façade principale de la maternité, projet non définitif, 10 août Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Projet définitif pour la façade principale de la maternité, 10 août Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Plan du rez-de-chaussée de la maternité, 10 août 1890, Jean Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'école des sages-femmes, la maternité, et à l'arrière plan Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La maternité vue du nord-est, vers 1934, après sa surélévation Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La maternité vers 1934 : détails des façades est et ouest après Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La maternité, agrandissement du bâtiment, plan du rez-de-chaussée Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La maternité vue du nord-est (avenue Vercingétorix Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La maternité vue du nord-est (avenue Vercingétorix Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La maternité, partie droite de la façade principale vue du nord-est
    Dimension :
    Dimensions de l'état d'origine.
    Texte libre :
    l’hôtel-Dieu servait d’ultime recours pour les femmes pauvres de Clermont-Ferrand et des alentours. Il vue de l’architecture, l’hôtel-Dieu entra dans « l’ère de la modernité » au début des années 1890 de l’hôtel-Dieu était inéluctablement confronté à de nombreux décès de femmes en couches. Mais à la % en moyenne, alors qu’il atteignait 4,28 % dans le service des accouchements de l’hôtel-Dieu de surcroît de mortalité dans le service de l’hôtel-Dieu. Le personnel se résumait à une seule personne qui considéraient pas l’affaire urgente. Mais par la suite, lorsque le maire de Clermont-Ferrand et « le directeur demandes auprès du préfet du Puy-de-Dôme, du maire de Clermont-Ferrand et des administrateurs des hospices hospices de Clermont-Ferrand, se vit commander les plans. De l’été 1889 à l’été 1890, il dessina secteur oriental de l’enclos de l’hôtel-Dieu était essentiellement dédié aux femmes. Outre le service des (situé de l’autre côté de l’avenue) et le jardin de l’hôtel-Dieu, la maternité bénéficia d’amples
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - avenue Vercingétorix - en ville
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : l'édifice de l'hôtel-Dieu
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : l'édifice de l'hôtel-Dieu Clermont-Ferrand - boulevard Léon-Malfreyt rue de Lagarlaye - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : l'édifice de l'hôtel-Dieu
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de soubassement
    Description :
    Édifice de plan rectangulaire comportant six corps de bâtiment entourant deux cours rectangulaires.
    Annexe :
    par des intempéries en 1806). Dans l’ouvrage L’Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand, histoire d’un tours de latrines). Dans l’ouvrage L’Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand, histoire d’un établissement campagnes de travaux de l’édifice de l’hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand (corps de bâtiment ouest sur la de Clermont (1765-1767), Grand séminaire de Clermont (1766-1774), hôtel-Dieu de Clermont (1767-1773 -1822). Constructions et travaux. Hôtel-Dieu de Clermont (1808-1815), théâtre de Clermont et son château -1843). Mais son œuvre majeure fut l’hôtel-de-ville, tribunal et maison d’arrêt de Clermont-Ferrand architectes de la première campagne de travaux de l’édifice principal de l’hôtel-Dieu (1765-1779). Cette Clermont-Ferrand, il est notamment l’auteur de l’hôpital Saint-Joseph-des-Abandonnés (1746-1762, actuel rédigée par Pascal Piéra pour sa thèse de Doctorat (L’embellissement des villes de Clermont-Ferrand et conventuels des carmes déchaussés de Clermont (1751-1779), hôtel au 38, rue du Port, à Clermont (1762), Refuge
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Emplacements de l'hôtel-Dieu Saint-Barthélemy, de l'hôpital-général , du Refuge et de l'hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand (sur le fond de plan cadastral de 2016 Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Relevé du rez-de-chaussée des bâtiments de l'hôtel-Dieu Saint Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Plan des deux voies et des immeubles à créer sur l'emplacement de Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le portail de l'hôtel-Dieu Saint-Barthélemy réemployé au château de Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Plan de la partie sud-ouest de Clermont, 1791 (extrait du "Plan Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Principales campagnes de construction de l'édifice de l'hôtel-Dieu Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Représentation schématique des niveaux de l'édifice de l'hôtel-Dieu Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Coupe nord-sud de l'édifice de l'hôtel-Dieu (avec les galeries Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'édifice de l'hôtel-Dieu, plan du rez-de-chaussée sur la seconde
    Auteur :
    [conducteur de travaux] Gonin Roger
    Texte libre :
    . Ce montant n’atteint toutefois pas celui indiqué par un État de situation de l’hôtel-Dieu de Clermont première campagne de travaux de l’hôtel-Dieu, figurent le marché au blé de Clermont (1762-1771) et le pont 1. De l’hôtel-Dieu Saint-Barthélemy au « Grand hôtel-Dieu » 2. La chronologie de la première le cœur historique de l’hôtel-Dieu. Construit vraisemblablement à partir de 1766, il est le plus principale nord, bien mise en valeur par deux artères du centre de Clermont-Ferrand, incarne pour de nombreux habitants le lieu et l’institution. Dans son état actuel, l’hôtel-Dieu comporte six corps de bâtiment réparties sur un siècle furent nécessaires pour le bâtir. De l’hôtel-Dieu Saint-Barthélemy au « Grand hôtel -Dieu » L’hôtel-Dieu Saint-Barthélemy avait été édifié de 1562 à 1568 grâce au legs de l’évêque riverains. En novembre 1764, les administrateurs de l’hôtel-Dieu obtinrent des lettres patentes les « très convenables à un établissement tel que l’hôtel-Dieu, parce que la salubrité de l’air [pourrait
    Historique :
    Édifice construit de 1765 à 1860, remanié de 1952 à 1963 et de 1992 à 2000. Première campagne, 1765 direction de Roger GONIN. Surélévation partielle, 1998-2000, architectes Laurent ESPINASSE et Jean-Marc
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - boulevard Léon-Malfreyt rue de Lagarlaye - en ville
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : les galeries souterraines
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : les galeries souterraines Clermont-Ferrand - rue Lagarlaye boulevard Malfreyt - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : les galeries souterraines
    Description :
    Réseau de galeries souterraines principalement situé sous l'enclos de l'hôtel-Dieu.
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. "Plan des souterrains de l'hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand", levé en Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. "Hôtel-Dieu, plan général des caves", levé vers 1830-1850 Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, corps de bâtiment médian, salle au nord-ouest de Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, les galeries souterraines, galerie sud, escalier Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, les galeries souterraines, salle dite "du Bonnet Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, les galeries souterraines, galerie sud-est vue depuis Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, les galeries souterraines, galerie sud-est vue depuis Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, les galeries souterraines, galerie de liaison Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, les galeries souterraines, galerie de liaison Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, les galeries souterraines, carrefour des galeries
    Dimension :
    Longueur développée de toutes les galeries et cavités : 1 500 mètres environ.
    Texte libre :
    Clermont et l’hôtel-Dieu, est constituée par un tuf volcanique. C’est une roche tendre et litée, formée galeries et cavités remontant à Augustonemetum, cité gallo-romaine qui fut à l’origine de Clermont-Ferrand ). Sous le corps de bâtiment nord de l’hôtel-Dieu et sous la première cour existe un dédale de galeries : quelques petites caves Cette première phase est antérieure à la construction de l’hôtel-Dieu. Avant 1767 souterraines de sable, de toute évidence exploitées au moment de la construction de l’hôtel-Dieu. On constate l’hôtel-Dieu et les caves d’un immeuble de la rue Georges-Clémenceau. Ce projet non exécuté figure sur un principale, ce chiffre parait en rapport avec les besoins annuels de l’hôtel-Dieu qui pouvait accueillir Hospices de Clermont-Ferrand. Une « sœur tavernière » était chargée de la gestion des caves et de l’achat y a 160 000 ans, le vaste cratère du maar de Clermont-Chamalières (son diamètre dépasse un kilomètre et antérieures à celles du maar de Clermont-Chamalières. La coupe complète des dépôts fluviatiles
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - rue Lagarlaye boulevard Malfreyt - en ville
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : les raisons de l'étude
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : les raisons de l'étude Clermont-Ferrand - boulevard Malfreyt - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : les raisons de l'étude
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le site de l'hôtel-Dieu et ses abords, vers 2000 Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Plan de situation du bien-fonds de l'hôtel-Dieu et de ses par les lettres A à F. Les principaux bâtiments sont : Le Refuge (1), l'hôtel-Dieu (2), la maternité principaux édifices en 2010. En gris clair le bien-fonds. Les principales entrées de l'enclos sont repérées (3), l'école de sages-femmes (4), l'hôpital pour enfants (5), la polyclinique (6), le pavillon des maladies sociales (7), l'ancienne faculté mixte de médecine et de pharmacie (8). En gris foncé sont figurés
    Texte libre :
    objectifs En mars et avril 2010, les services de l’hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand, composante du Centre enjeux scientifiques L’hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand constitue un objet d’étude complexe modelé par Avis aux lecteurs Pour consulter l’ensemble de l’étude d’inventaire sur l’hôtel-Dieu de Clermont du Refuge) 5 - L’édifice de l’hôtel-Dieu 6 - Le tableau historique des anciens hôpitaux de Clermont ville). Inscrit au coeur du centre ancien de Clermont, l’hôtel-Dieu – son site et ses nombreux édifices fonctionnement. Les apports de l’opération d’inventaire permettent finalement d’inscrire l’hôtel-Dieu de Clermont l'étude 2 - Le site de 1764 à 2014 3 - Le Refuge 4 - La chapelle de l’hôtel-Dieu (originellement chapelle hospitalier universitaire de Clermont-Ferrand, ont emménagé dans le nouvel hôpital d’Estaing (à l’est de la bâtiments de l’hôtel-Dieu bénéficient depuis 2004 d’une inscription sur l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques. La direction du CHU de Clermont-Ferrand, très consciente de la valeur patrimoniale
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - boulevard Malfreyt - en ville
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
    Référence documentaire :
    L'Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand, histoire d'un établissement hospitalier. Clermont-Ferrand , Presses universitaires Blaise-Pascal, 2014, 239 p. Ouvrage collectif, sous la direction de Bernard direction de Pierre-Louis Laget, Claude Laroche et Isabelle Duhau.
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : l'école de sages-femmes
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : l'école de sages-femmes Clermont-Ferrand - avenue Vercingétorix - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : l'école de sages-femmes
    Étages :
    rez-de-chaussée étage de comble
    Description :
    Bâtiment de plan rectangulaire.
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'école des sages-femmes, dessin de l'élévation de la façade Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'école des sages-femmes, plan du rez-de-chaussée, 20 janvier 1894 Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'école des sages-femmes, coupes du bâtiment, 20 janvier 1894, Jean Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'école des sages-femmes, la maternité, et à l'arrière plan Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'école des sages-femmes, vue d'ensemble depuis l'est Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'école des sages-femmes, façade principale vue du nord-est Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'école des sages-femmes, façade principale, détail Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'école des sages-femmes vue depuis le sud-est Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'école des sages-femmes, façade sud. IVR83_20156300073NUC4A Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'école des sages-femmes vue du sud-ouest. IVR83_20156300072NUC4A
    Texte libre :
    -Dieu de Clermont-Ferrand. Elle s’élève en bordure de l’avenue Vercingétorix, à quelques mètres en école d’accouchement. La commission administrative des hospices de Clermont-Ferrand donna son assentiment, mais elle fit valoir que l’hôtel-Dieu ne disposait pas de locaux pour accueillir des élèves sages l’hôtel-Dieu ». Il avait obtenu du Conseil général un crédit de 2 000 francs pour subvenir aux besoins de d’accouchement occupa un bâtiment situé rue Dallet (à l’époque dans le faubourg nord de Clermont-Ferrand). En titulaire de la chaire d’accouchement de l’école de médecine de Clermont-Ferrand. Très logiquement, il du confort moderne », et de l’implanter sur les terrains de l’hôtel-Dieu, par exemple en bordure de une subvention. De leur côté, les administrateurs de l’hôtel-Dieu ne voulurent pas céder les terrains accouchements de l’hôtel-Dieu. Il imagina de construire côte à côte une nouvelle école et une maternité. Outre espaces qui l’entourèrent (jardin Lecoq, avenue, jardins de l’hôtel-Dieu), il bénéficia d’une situation
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - avenue Vercingétorix - en ville
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le pavillon des maladies sociales
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le pavillon des maladies sociales Clermont-Ferrand - avenue Vercingétorix - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le pavillon des maladies sociales
    Étages :
    rez-de-chaussée
    Description :
    Bâtiment de plan rectangulaire.
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des maladies sociales vu du sud-est (avenue Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des maladies sociales, "Pavillon de vénérologie, plans Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des maladies sociales, "Pavillon de vénérologie Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des maladies sociales, "Pavillon de vénérologie, plans Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des maladies sociales, le hall d'accueil au rez-de Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des maladies sociales, le bureau du directeur et la Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des maladies sociales vu du sud-est (avenue Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des maladies sociales vu du sud-est (avenue Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des maladies sociales vu du sud-ouest Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des maladies sociales, la façade principale vue du sud
    Texte libre :
    l’enclos de l’hôtel-Dieu, en bordure de l’avenue Vercingétorix (ancienne rue Saint-Jacques). Les « filles avant cette date), un quartier séparé du reste de l’hôtel-Dieu leur fut réservé. Il se composait d’une Clermont-Ferrand créèrent deux laboratoires, le premier d’anatomie pathologique, le second de bactériologie de l’hôtel-Dieu. L’augmentation rapide du nombre d’examens chimiques et bactériologiques conduisit à à Clermont-Ferrand un centre régional antivénérien et un laboratoire central de sérologie. Dans ce personnes qui venaient de l’édifice de l’Hôtel-Dieu (entre autres les malades admis dans le service de maison « de Monsieur L. » à Clermont-Ferrand (actuel n° 53 avenue Jean-Jaurès). Elle fut utilisée par des hôpitaux. Ainsi à Clermont-Ferrand, le Refuge (mis en service en 1770) devait prendre en charge toutes les « prostitués repentantes » ou retenues contre leur gré, y compris les vénériennes. L’hôtel-Dieu accueillait Raoul Vaurs et Joseph Castaigne, Clermont-Ferrand comptait très officiellement à l’époque « dix maisons
    Historique :
    Bâtiment construit de 1931 à 1934 par l'architecte Albéric AUBERT, et remanié sur l'arrière lors de
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - avenue Vercingétorix - en ville
    Couvrements :
    dalle de béton
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le site de 1764 à 2014.
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le site de 1764 à 2014. Clermont-Ferrand - boulevard Léon-Malfreyt rue de Lagarlaye boulevard Charles-de-Gaulle boulevard François-Mitterrand avenue Vercingétorix rue Saint-Guillaume rue Meyrand-des-Pradeaux rue de Poterat - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le site de 1764 à 2014.
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Emplacements de l'hôtel-Dieu Saint-Barthélemy, de l'hôpital-général , du Refuge et de l'hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand (sur le fond de plan cadastral de 2016 Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Relevé du rez-de-chaussée des bâtiments de l'hôtel-Dieu Saint Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Atlas des plans géométriques des fonds et héritages appartenant à Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Atlas des plans géométriques des fonds et héritages appartenant à Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Plans schématiques du site sur lequel sera implanté l'hôtel-Dieu Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Plan géométrique de Clermont-Ferrand levé et lavé par Augustin Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Plan de la ville de Clermont-Ferrand rédigé par M. [Pierre Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Plan de la ville de Clermont-Ferrand rédigé par M. [Pierre Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Plan de la ville de Clermont-Ferrand rédigé par M. [Pierre
    Dénominations :
    ensemble hospitalier d'assistance ou de protection sociale
    Texte libre :
    désaffectation Le site de l’hôtel-Dieu est l’une des composantes de l’hyper-centre de Clermont-Ferrand. Il se administrateurs de l’hôtel-Dieu se gardèrent bien d’exposer. L’hôtel-Dieu de Clermont (c’est-à-dire l’institution Clermont (1766), plusieurs possessions de l’hôtel-Dieu se trouvaient à cette époque au sud, au sud-ouest et administrateurs de l’hôtel-Dieu complétèrent un ensemble foncier s’étendant largement au sud-ouest de Clermont déplacement de l’hôtel-Dieu 5. Des atouts urbains et fonciers 6. Un faubourg partiellement recomposé 7. Des XVIIIe siècle au milieu du XIXe siècle 10. De nouvelles limites pour l’enclos de l’hôtel-Dieu, 1854-1866 . L’édifice de l’hôtel-Dieu, le plus vaste de tous, s’étend dans la partie nord-est et au centre du site. Avec , il est toujours visible aux numéros 2-4-6 de la place Gilbert-Gaillard. L’hôtel-Dieu Saint-Barthélemy pouvant être agrandi L’hôtel-Dieu Saint-Barthélemy avait été reconstruit de 1562 à 1568 grâce au legs de administrateurs, l’hôtel-Dieu Saint-Barthélemy ne répondait plus aux besoins de la ville et des malades. Les
    Historique :
    L'histoire du bien-fonds de l'hôtel-Dieu a comporté quatre étapes principales : 1) 1764-1766 : constitution d'une grande propriété grâce à des achats complémentaires ; 2) 1793 : rattachement de la propriété du Refuge ; 3) 1858-1862 : nouvelle délimitation à l'ouest et au sud à l'occasion de la création d'un
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - boulevard Léon-Malfreyt rue de Lagarlaye boulevard Charles-de-Gaulle boulevard François-Mitterrand avenue Vercingétorix rue Saint-Guillaume rue Meyrand-des-Pradeaux rue de
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : la chapelle de l'hôtel-Dieu (originellement chapelle du Refuge)
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : la chapelle de l'hôtel-Dieu (originellement chapelle du Refuge) Clermont-Ferrand - rue Saint-Guillaume (emprise absorbée par le parking Saint-Guillaume). - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : la chapelle de l'hôtel-Dieu (originellement chapelle du Refuge)
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, plan du "2e étage sur le jardin", vers 1820, avec la Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, la chapelle, vue générale, du nord-est, 1981 Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, la chapelle, vue générale, du nord-ouest, 1981 (la Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, la chapelle, élévation nord, extrémité ouest, 1981 Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, façade nord du corps de bâtiment nord qui abritait la Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, façade nord du corps de bâtiment nord vue du nord-est (à Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, la chapelle (état de 1981), le choeur vu depuis la nef Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, la chapelle en 2014 vue de son angle nord-ouest (état Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, la chapelle (état de 1981), la nef vue depuis le choeur Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le Refuge, la chapelle (état de 1981), la nef et le choeur vus de
    Texte libre :
    centre de documentation du Service régional (Clermont-Ferrand, hôtel de Région), sont désormais de chapelle de l’hôtel-Dieu se situait dans le corps de bâtiment nord du Refuge (établissement également n’est que quelques temps après le rattachement de cette institution à l’hôtel-Dieu (26 novembre 1793 ) qu’elle devint la chapelle de l’hôtel-Dieu. Aménagée probablement entre 1775 et 1781, elle fut administrative des hospices de Clermont-Ferrand. En revanche, dans ces registres, l’on peut lire de nombreuses murales de la chapelle de l’hôpital général et de celle de l’hôtel-Dieu. Une hypothèse peut être formulée pour expliquer l’absence de pièces d’archives sur le réaménagement de la chapelle de l’hôtel-Dieu. Afin la chapelle de l’hôtel-Dieu (1982-1983), le Service régional d’Auvergne de l’Inventaire général du d’architecture de la chapelle de l’hôtel-Dieu constituait un ensemble cohérent, comparable à celui de la chapelle Aleil, l’évêque de Clermont François de Bonal aurait béni la première pierre de la chapelle en 1777
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - rue Saint-Guillaume (emprise absorbée par le parking Saint-Guillaume). - en
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
    Référence documentaire :
    La chapelle de l'hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : un exemple de la tradition classique dans la peinture monumentale du milieu du XIXe siècle. Article de Renaud BENOIT-CATTIN publié dans L'Histoire en
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : la faculté mixte de médecine et de pharmacie
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : la faculté mixte de médecine et de pharmacie Clermont-Ferrand - boulevard Charles-de-Gaulle - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : la faculté mixte de médecine et de pharmacie
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Description :
    Bâtiment de plan en L.
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Murs :
    pierre pierre de taille
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La faculté mixte de médecine et de pharmacie, plan de situation, 18 Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La faculté mixte de médecine et de pharmacie, plan "du 1er étage Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La faculté d'odontologie, façade principale vue du nord-ouest Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La faculté d'odontologie, la colonnade de la façade principale vue Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La faculté d'odontologie, façade principale vue de l'ouest Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La faculté d'odontologie, façade principale vue du sud-ouest Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La faculté d'odontologie, détail des baies de la partie droite de Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La faculté d'odontologie, angle nord-ouest du bâtiment et façade Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La faculté d'odontologie, façade orientale du corps de bâtiment est Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. La faculté d'odontologie, façade sud du corps de bâtiment est/ouest
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit
    Texte libre :
    1. L’essor d’un enseignement 2. Les locaux de l’école dans l’hôtel-Dieu 3. Un nouveau bâtiment pour occupe l’angle nord-ouest de l’enclos de l’hôtel-Dieu, en bordure du boulevard Charles-de-Gaulle et de la pharmacie de Clermont-Ferrand (place Henri-Dunand). L’établissement universitaire rend ainsi hommage à une XIXe siècle. Elles aboutirent à la création de l’école secondaire de médecine de Clermont-Ferrand par souscrire en raison de l’insuffisance des locaux de l’école. Les locaux de l’école dans l’hôtel-Dieu Dès son ouverture en 1773, le nouvel hôtel-Dieu servit de lieu d’enseignement, mais il est fort probable qu’aucune usage de vastes espaces. Selon les plans qu’il dessina en mars 1808 pour l’achèvement de l’hôtel-Dieu , la municipalité et les hospices de Clermont-Ferrand réunirent enfin les fonds nécessaires à l’achèvement de l’aile nord de l’hôtel-Dieu. Par son legs de 40 000 francs, Jacques Hugaly-Meyrand apporta une scientifiques, les installations de l’école au sein de l’hôtel-Dieu furent régulièrement rénovées. Mais à la fin
    Historique :
    Bâtiment construit en 1949-1954 par l'architecte Albéric AUBERT (avec la collaboration réduite de René DELAYRE et la signature associée de Marcel DEPAILLER). Modifications en 1991-1993 (architecte
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - boulevard Charles-de-Gaulle - en ville
    Couvrements :
    dalle de béton
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le pavillon des militaires et l'hôpital pour enfants
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le pavillon des militaires et l'hôpital pour enfants Clermont-Ferrand - avenue Vercingétorix - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le pavillon des militaires et l'hôpital pour enfants
    Étages :
    rez-de-chaussée surélevé
    Description :
    Pavillon Desaix : bâtiment isolé de plan rectangulaire. Hôpital pour enfants : trois bâtiments de
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôpital pour enfants, les trois bâtiments (au second plan) vus du Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des militaires, plan du rez-de-chaussée, 8 juillet 1913 Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des militaires, dessin des élévations et coupe, 8 Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Vu du nord-est, le pavillon des militaires (appelé "Desaix") conçu Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Vu du sud-est, le pavillon des militaires (appelé "Desaix") conçu Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des militaires et l'hôpital pour enfants, plan Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des militaires et l'hôpital pour enfants, plan du Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des militaires et l'hôpital pour enfants, plan du Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon des militaires et l'hôpital pour enfants, plan du Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le pavillon Gosselin de l'hôpital pour enfants, vu du sud-est, vers
    Texte libre :
    les hôpitaux militaires et à son décret d’application du 3 février 1880, l’hôtel-Dieu de Clermont implantés un peu à l’écart dans les jardins de l’hôtel-Dieu. Leurs caractéristiques générales relevaient de soldats et des prisonniers de guerre malades faisait déjà partie des attributions de l’hôtel-Dieu de saisonnier des troupes de passage et selon les conflits. À partir de 1777, Clermont-Ferrand devint une ville la Guerre et les hospices de Clermont-Ferrand. Après la remise en cause des termes de cet accord, les admissions civiles étaient plus nombreuses. La capacité d’accueil de l’hôtel-Dieu risquait de devenir », les administrateurs des hospices de Clermont-Ferrand et les représentants du 13e corps d’armée architecturales peu en harmonie avec celles des bâtiments de l’hôtel-Dieu ». Ils recherchèrent un emplacement où à l’ouest et en contrebas de la première cour de l’édifice de l’hôtel-Dieu. Le pavillon recevrait et cinq, l’élévation nord onze. L'élévation orientale, tournée vers l'édifice de l'hôtel-Dieu, était
    Historique :
    Bâtiments construits de 1913 à 1925 ; architecte Jean AMADON.
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - avenue Vercingétorix - en ville
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
  • Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le tableau historique des anciens hôpitaux de Clermont et les tableaux des bienfaiteurs des hospices
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le tableau historique des anciens hôpitaux de Clermont et les tableaux des bienfaiteurs des hospices Clermont-Ferrand - boulevard Malfreyt - en ville
    Titre courant :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand : le tableau historique des anciens hôpitaux de Clermont et les
    Description :
    corps de bâtiment oriental de l'édifice de l'hôtel-Dieu. Ensemble composé de huit tableaux situé dans la galerie principale du rez-de-chaussée du premier
    Cadre de l'étude :
    opération d'urgence hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand
    Illustration :
    Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Le portail de l'hôtel-Dieu Saint-Barthélemy réemployé au château de Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, corps de bâtiment nord, passage d'entrée, première Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, corps de bâtiment nord, passage d'entrée, première Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, corps de bâtiment nord, galerie du rez-de-chaussée Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Tableau historique (tableau 1, extrémité orientale de la galerie Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Tableau historique (tableau 1, extrémité orientale de la galerie du Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Tableaux des bienfaiteurs (tableau 2, extrémité nord de la galerie Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, premier corps de bâtiment oriental, galerie du rez-de Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. L'hôtel-Dieu, premier corps de bâtiment oriental, galerie du rez-de Hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand. Tableaux des bienfaiteurs (tableau 3, partie gauche
    Texte libre :
    1. Des hommages très utiles 2. Les panneaux et les tableaux de l’hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand Le couloir le plus « prestigieux » de l’édifice de l’hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand abrite un ensemble de pratique. Sur l’entablement du portail de l’ancien hôtel-Dieu Saint-Barthélemy de Clermont-Ferrand jusqu’en 1948, fut rédigé sur papier. Les panneaux et les tableaux de l’hôtel-Dieu de Clermont-Ferrand En l’hôpital général. Dans l’hôtel-Dieu de Carpentras (édifié de 1750 à 1761), une galerie des « Donatifs 1845, le docteur Auguste Peghoux, professeur à l’école de médecine de Clermont-Ferrand, rédigea un bienfaiteurs des hospices de Clermont-Ferrand. Quarante ans plus tard, ce travail servit de base pour l’hôtel-Dieu avait été orné de quatre panneaux commémorant les actions de donateurs. Sur le mur de gauche Clermont ». Les sept autres donnent une liste chronologique des « Noms des bienfaiteurs des hospices », de l’exécution du tableau historique et des tableaux des bienfaiteurs situés dans le principal couloir de l’hôtel
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - boulevard Malfreyt - en ville
    Aires d'études :
    Clermont-Ferrand
  • Marché dit halle au blé de Clermont-Ferrand
    Marché dit halle au blé de Clermont-Ferrand Clermont-Ferrand - 19 rue Ballainvilliers - en ville - Cadastre : 2019 IN 1 2019 IN 2
    Titre courant :
    Marché dit halle au blé de Clermont-Ferrand
    Illustration :
    Plan cadastral dans le secteur de la halle au blé, au 18 septembre 2019. IVR84_20196300276NUDA Vue de la façade ouest (façade principale) de la halle et perspective sur l'obélisque élevé en mémoire du général Desaix, à l'extrémité de la rue Ballainvilliers. IVR84_20196300275NUC4A Élévation est, avec accès secondaire. Dans l'axe de la rue d'Enfer, tour de l'ancien collège Détail de l'inscription située sur la façade principale, donnant la date d'inauguration de Départ de l'escalier situé au sud du vestibule. IVR84_20196300069NUC4A Escalier d'accès au dernier niveau, angle sud-est de la salle centrale. IVR84_20196300072NUC4A Dernier niveau : charpente de toit, en bois. IVR84_20196300071NUC4A , située dans la salle médiane du rez-de-chaussée au sud. Une seconde anamorphose, clairement identifiée de Georges Rousse, a été réalisée dans l'espace situé au-dessus de l'ancien carreau. IVR84_20196300068NUC4A
    Texte libre :
    , que les relevés réalisés en 1999 par les services des bâtiments communaux de Clermont-Ferrand. Une patrimoine chargé des travaux de transformation du FRAC, agence Christian Laporte (Clermont-Ferrand), non Édifice non étudié par le service de l'Inventaire général du patrimoine culturel. Seule une campagne photographique avant travaux a été organisée, de façon à conserver la trace d'un état de l'édifice notice d'indexation de ce dossier figure dans la base de données nationale Architecture (Mérimée) ; voir du Terrail, époque à laquelle le site de la halle au blé était déjà envisagé (et, semble-t-il , préconisé). Dans ce document figure notamment une coupe axonométrique de l'édifice explicitant le développement original des escaliers. Se reporter enfin au diagnostic produit par l'agence de l'architecte du
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - 19 rue Ballainvilliers - en ville - Cadastre : 2019 IN 1 2019 IN 2
    Référence documentaire :
    Étude de faisabilité pour l'installation du FRAC dans l'ancienne halle aux blés de Clermont-Ferrand -Ferrand. 2007. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes site de Clermont-Ferrand. Étude de faisabilité pour l'installation du FRAC dans l'ancienne halle aux blés de Clermont-Ferrand. [2007]. Dans ce dossier sont envisagés . 2007. Étude de faisabilité pour l'installation du FRAC dans l'ancienne halle aux blés de Clermont Dômes, la salle Gaillard, le parc de la Pardieu, et, hors de Clermont, le site de Cébazat), en 2006 pistes, et dans la chapelle de l'ancien hôpital général (et aussi, très succinctement la clinique des arguments du président du FRAC, Henri Chibret, y sont exposés, face à ceux des présidents de Région s'étant AD 63. École de la halle au blé. 1881-1923. École de la halle au blé. AD Puy-de-Dôme. 2 O 3472 . École de la halle au blé. 1881-1923. Création d'une école primaire de garçons au premier étage (1881 AD 63. Adjudication de droits de place. An XI-1903. Adjudication de droits de place. AD Puy-de-Dôme
  • Immeuble dit Muraille de Chine
    Immeuble dit Muraille de Chine Clermont-Ferrand - Quartier Saint-Jacques - 2-28 rue Henry-Andraud - bâti lâche - Cadastre : 2017 EW 321
    Appellations :
    Muraille de Chine
    Illustration :
    Muraille de Chine et, en contrebas, la voie ferrée (ligne Clermont-Ferrand - Eygurande-Merline, en viaduc Saint-Jacques, et enfin des fragments des villes de Clermont-Ferrand, Chamalières et Royat. Le puy . Baie ouverte au nord-ouest : en haut à gauche de la baie on aperçoit la cathédrale de Clermont-Ferrand Bâtiment 101 (dit Muraille de Chine). Plan P17. Travée MN : sous-sol, rez-de-chaussée, étage Bâtiment 101. Plan P 17, détail. Bloc de l'extrémité est (travée MN). Plan d'un niveau courant Bâtiment 101, dit Muraille de Chine. Plan du bloc OA (extrémité ouest), rez-de-chaussée. À ce niveau, les claustras permettent d'éclairer les cages d'escalier ainsi que les locaux de remise de Bâtiment 101 (dit Muraille de Chine). Plan C 37. Coupes transversales. Par G. Bovet, 1957 Bâtiment 101 (dit Muraille de Chine). Plan F 19. Façades (nord, sud, pignons est et ouest). Par G Bâtiment 101 (dit Muraille de Chine). Plan D 38. Détail d'un escalier (plan, coupes, avec
    Canton :
    Clermont-Ferrand-Sud-Est
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - Quartier Saint-Jacques - 2-28 rue Henry-Andraud - bâti lâche - Cadastre : 2017
    Titre courant :
    Immeuble dit Muraille de Chine
    Étages :
    2 étages de sous-sol rez-de-chaussée surélevé
    Description :
    Le bâtiment 101 de la première tranche du Secteur industrialisé se présente comme une barre légèrement coudée, épousant le rebord du plateau Saint-Jacques, longue de 320 mètres en tout. Elle est constituée d'un même bloc de 8 étages (R+8, sur premier sous-sol et second sous-sol partiel), haut de 30 (dont les machineries apparaissent en surélévation sur la terrasse). Un mur de refend longitudinal la -de-chaussée permettent de traverser la barre à intervalles réguliers. Les vestibules d'entrée sont prescriptions techniques, ni dans le dossier d'exécution, mais dans un document de l'agence de Georges Bovet (conservé au Centre des archives de l'architecture du XXe siècle). En revanche dans le dossier d'exécution , on trouve mentions de : ciment artificiel, chaux, sable, agglos creux de pouzzolane, agglos pleins et briques de cloisons. Il est précisé que les claustras seront exécutées en béton vibré, préfabriqué et ajouré, les appuis de coisées en béton moulé, les agglos seront utilisés pour les murs de cages
    Statut :
    propriété d'un établissement public communal Propriété de l'Office municipal des habitations à
    Observation :
    dominant la ville de Clermont-Ferrand, faisant de cette barre un repère et un emblème. Destinée à la
    Murs :
    béton parpaing de béton
    Dimension :
    Il s'agit de la longueur totale de la barre qui est divisée en quatorze blocs accolés.
    Texte libre :
    ensemble Saint-Jacques en 2017, Clermont-Ferrand disposent de trois repères paysagers : les tours de la Avertissement : ce dossier a été réalisé dans les conditions liées à la pandémie de 2020-2021. Son . Pour les étudiantes de l'école d'architecture de Versailles qui ont travaillé sur la barre du grand cathédrale, que l'on doit à Eugène Viollet-le-Duc, le puy de Dôme et la barre dite Muraille de Chine. De quand date cette appellation ? Il semblerait que la première occurrence soit datée de novembre 1960 et daté de 1966.
    Historique :
    La maquette du Secteur industrialisé sur laquelle apparaît pour la première fois la barre de grande longueur qui sera baptisée Muraille de Chine date de 1955. Le bâtiment 101 de la première tranche de construction du Secteur industrialisé a fait l'objet de plans datés du 15 septembre 1957. Il s'agit de la Muraille. Le 29 juillet 1958, le permis de construire est délivré. Le grand ensemble fait l'objet d'un loyer modéré, soumet le procès-verbal du jury de concours, daté du 15 octobre 1958, à l'approbation du préfet. A partir de la date fixée par ordre de service, le délai d'exécution était de 24 mois. 32 entreprises ont été présentes sur le chantier. L'ensemble des immeubles ont fait l'objet de travaux postérieurement à ces dates. Une réhabilitation intérieure a notamment concerné la Muraille de Chine en 1991
    Référence documentaire :
    AD Puy-de-Dôme. 328 W 95-103. Office municipal d'habitation à loyer modéré de Clermont-Ferrand modéré de Clermont-Ferrand. Dossiers techniques (1957-1960). Plans d'ensemble, plans des blocs, dossier . 1957-1960. Archives départementales du Puy-de-Dôme. 328 W 95-103. Office municipal d'habitation à loyer bâtiment 101 (Muraille de Chine) : série de plans, coupes et façades datés du 15 sept. 1957 ; portant les noms de Georges Bovet (architecte en chef), G. Lescher et Marquet (architectes d'opération) ; approuvés par le secrétaire général de préfecture, pour le préfet, Pierre Servais, le 24 février 1959. La muraille de Chine. Ecole nationale supérieure d'architecture de Versailles. M. Dessornes et C . Dias, 2017. Dessornes, Maud, Dias, Céline. La muraille de Chine. Sédimentation des grands ensembles de la ville. Ecole normale supérieure d'architecture de Versailles. 03/17/2773.
  • Noviciat de frères des écoles chrétiennes, puis école du Franc-Rosier, puis ensemble scolaire La Salle, actuellement désaffecté
    Noviciat de frères des écoles chrétiennes, puis école du Franc-Rosier, puis ensemble scolaire La Salle, actuellement désaffecté Clermont-Ferrand - Récollets - 122 avenue République (de la) - en ville - Cadastre : 2018 BY 497 Il subsiste un doute sur les limites du fonds d'origine. Faut-il l'étendre aux parcelles 488, 489, 490, 491, 492, 499 et 500 ?
    Titre courant :
    Noviciat de frères des écoles chrétiennes, puis école du Franc-Rosier, puis ensemble scolaire La
    Genre :
    de frères des écoles chrétiennes
    Description :
    première statue avait été offerte en 1879 "par les anciens élèves du pensionnat de Clermont-Ferrand au Depuis l'avenue de la République, l'arrachement à l'ouest du mur de clôture du site dit "des récollets" indique le démembrement récent de la parcelle initiale. À environ 40 mètres à l'arrière du mur ensemble se présente légèrement de biais par rapport au tracé de l'avenue. Son plan est irrégulier et c'est de toits à pentes douces, pour l'un (B) en tuiles, pour l'autre (C') en ardoise. Leurs façades sont traitées de la même manière : à travées, avec bandeaux d'étages et un corps de moulures entre le deuxième et le troisième étage. Les baies ne sont couvertes de frontons qu'au troisième étage et aux portes d'accès principal (au centre de la façade, tant au sud qu'au nord de B). Les petites baies doubles qu'on aperçoit sur l'élévation est de C' correspondent à des lieux d'aisance. Que B et C' soient issus de deux campagnes de travaux différentes se dénote essentiellement dans le fait que les chaînes d'angles de B ne
    Murs :
    béton pan de béton armé (?)
    Illustration :
    Plan de Clermont-Ferrand en 1914, donnant l'indication "noviciat des frères , soit à Felix Gaudin, soit à la veuve L. Chatain, de Clermont-Ferrand. IVR84_20196300036NUCA Félix Gaudin, soit à la veuve L. Chatain, tous deux peintres-verriers installés à Clermont-Ferrand Superposition de la feuille cadastrale datée de 1831 avec le cadastre actuel et délimitation du d'escalier principales ainsi que les voûtes d'ogives de la chapelle. IVR84_20196300043NUDA Vue axonométrique avec indications des différentes campagnes de construction de l'ensemble de Plan de numérotage des immeubles. Avenue de la République. 1920. le site, encore dénommé "Les récollets", est entouré de domaines acquis par Michelin et Cie (pour la création de lotissements Petit noviciat de Montferrand. Plan d'ensemble. Bleu, daté du 28 avril 1901 et signé d'un frère "Historique des maisons [...]de 1817 jusqu'au 1er septembre 1904". La parcelle qu'on voit en orange sur la vue
    Auteur :
    [maître de l'oeuvre] Cavard Claude
    Représentations :
    Trois clefs de voûtes dans la chapelle sont visibles en 2019 : pour deux d'entre elles, le décor ?) entourées d'une couronne d'épines, la lettre H étant surmontée d'une croix. Sur le vitrail du bras de transept est on peut lire "Don de Mr Robert Delamarre Palle 1880". Cette personne n'a pas pu être
    Texte libre :
    prévoyant l'union de Clermont et de Montferrand sous le nom contracté de Clermont-Ferrand. Cet édit dont de la station de 1er ordre du chemin de fer du Centre, aux abords de Clermont-Ferrand", daté de 1855 significative se situe entre 1894 et 1897. Actuellement, dans le Plan local d'urbanisme de Clermont-Ferrand édifice imposant, situé sur l'avenue menant de l'ancien centre de Clermont à celui de Montferrand passait de Montferrand à Clermont, Montferrand devait recevoir un important collège de jésuites ; d'autre simple faubourg de Clermont". Même la présence du couvent des récollets (construit grâce à une donation que Clermont s'étend dans la direction de Montferrand, avec cependant des édifices qui ne relèvent pas touristique et d'appropriation de la ville, un parcours reliant les centres de Clermont et de Montferrand par Clermont, et le frère Hilarin, visiteur, résolurent en 1876 de fonder un Petit noviciat pour ce district sur l'Entre-deux-villes. Un inventaire en cours sur le patrimoine de l'entreprise Michelin à Clermont
    Historique :
    République à Clermont-Ferrand (ancienne "grande route de Clermont à Paris"), il n'y a qu'aux Archives contenues dans ces documents variés avec celles des plans disponibles de Clermont-Ferrand (essentiellement 1871, une piscine aurait été construite : "le pensionnat de Clermont avait fait construire à l'usage de jeunes des novices) du district de Clermont. Ils y restent jusqu'en 1885, date à laquelle ils intègrent suspendue en 1914, il semblerait que les frères des écoles chrétiennes se réinstallent à Clermont-Ferrand qu'il reste de la parcelle d'origine est divisé en plusieurs lots. Sur un des lots est élevé un hôtel de Lorsque l'on veut dresser l'historique de l'édifice imposant qui se trouve au 122 avenue de la , des plans (datant de 1868, 1901, 1904, 1917, 1922, etc). Les frères des écoles chrétiennes, notamment le frère Paul-Fernand Tabuteau (1924-1990), semblent avoir eu à coeur de transmettre l'histoire de leurs différents établissements. L'ébauche d'un historique du site (parcelles 497 et 499 de la section
    Localisation :
    Clermont-Ferrand - Récollets - 122 avenue République (de la) - en ville - Cadastre : 2018 BY 497 Il
    Référence documentaire :
    Montferrand. 10 D 1-5. District de Clermont-Ferrand 1817-1904. Notamment, registre "historique des maisons de la ville : l'avenue de la République à Clermont-Ferrand", p. 90-93 : pour le développement de district de Clermont-Maison des récollets" ; un cahier manuscrit "Noviciat de Clermont". -liasses de (Clermont-F.). Dossier de photographies constitué par l'UDAP (Régis Delubac, ABF). Noviciat des frères des écoles chrétiennes, Clermont-Ferrand, 2019. chrétiennes de Montferrand. Boîte 1. (Et représentation du magasin d'usine Michelin, site Estaing.) Archives lassaliennes. Noviciat des frères des écoles chrétiennes de Montferrand. Boîte 1. Montferrand (Puy-de-Dôme). 1 . Petit noviciat. Scolasticat. Maison de retraite - Historique. Cimetière. Notamment : -4 clichés de Léon ). -image pieuse représentant Notre-Dame de la Vocation, avec prière appropriée au verso, imprimée en 1909 . -historique manuscrit de la statue originale de Notre-Dame de la Vocation. -état nominatif des frères de la
  • Foyer de progrès agricole, puis centre de formation professionnelle agricole, puis collège agricole, actuellement lycée professionnel agricole de Rochefort-Montagne
    Foyer de progrès agricole, puis centre de formation professionnelle agricole, puis collège agricole, actuellement lycée professionnel agricole de Rochefort-Montagne Rochefort-Montagne - Le Marchedial - bâti lâche - Cadastre : 2017 ZI 91, 106, 207, 231
    Titre courant :
    Foyer de progrès agricole, puis centre de formation professionnelle agricole, puis collège agricole , actuellement lycée professionnel agricole de Rochefort-Montagne
    Description :
    Le collège construit par la municipalité le long de l'ancienne route nationale préexiste de peu à la construction du foyer de progrès agricole : les deux édifices se font face de part et d'autre de 1992, un corps de porche ainsi que la façade principale, dite "de représentation" par l'architecte , s'affichent au niveau de la route. Un second accès au fonds, au nord, est en lien direct avec le bâtiment d'exploitation agricole. L'ensemble des bâtiments agglomérés en deux temps s'organise autour d'un système de trois cours : une cour d'honneur, de laquelle s'élève un escalier droit vers la cour haute, carrée , cernée sur ses quatre côtés de portiques, et une troisième cour, en contrebas, dite cour basse, qui a été conçue comme un prolongement de la salle polyvalente ajoutée en 1989. Cette salle polyvalente s'ouvre presque aveugle, qui forme du côté de la route comme un mur de soutènement pour la loggia. Les colonnes des portiques et de la loggia sont en acier. Au niveau de la cour haute se trouve au nord la porte
    Statut :
    propriété de la région
    Murs :
    acier essentage de tôle
    Illustration :
    Plan cadastral daté de 2017, capturé sur le site internet en 2020. IVR84_20206301075NUDA Plan masse de l'état existant en 1987. (Photo reproduction chercheure.) IVR84_20216300007NUCA Plan du niveau 0 (rez-de-chaussée) de l'état existant en 1987. (Photo reproduction chercheure Façades est et ouest, coupe, de l'état existant en 1987. (Photo reproduction chercheure Façades nord et sud, et coupes de l'état existant en 1987. (Photo reproduction chercheure Cliché du LPA avant la campagne de travaux de 1989-1992, pris probablement par P. Fonvieille Cliché du lycée avant les travaux de 1989-1992 qui en ont complètement modifié l'aspect. Pris Cliché illustrant la plaquette de présentation du LPA, état avant travaux de 1989-1992. (Photo de Cliché illustrant laplaquette de présentation du LPA, avant 1989. Sur ce cliché, par rapport au Axonométrie sur projet (non définitif, cf. façade sud), 1988. Tampon (de réception au Conseil
    Dénominations :
    centre de formation
    Texte libre :
    En 2020, après avoir appris que le lycée agricole de Rochefort-Montagne était voué à une restructuration dans le courant de l'année 2021, il a été décidé d'ouvrir un dossier ponctuel (d'urgence). Par ailleurs, le service de l'Inventaire avait étudié la commune de Rochefort-Montagne en 1997, dans le cadre données propres à décrire le lieu et le contexte d'implantation du lycée. La visite de l'intérieur de
    Historique :
    Dans l'ouvrage de Jean Blanchon sur l'enseignement agricole en Auvergne, on lit qu'à l'origine du LPA de Rochefort-Montagne, il y aurait eu, en 1962, une location par l'école d'agriculture de Marmilhat (commune de Lempdes), de l'exploitation du Marchedial (30 ha). Ce site devait permettre de démontrer la complémentarité possible entre production de plaine et de montagne en Auvergne. L'exploitation de 40 hectares, en prairie de pâturage et de fauche, accueillait un troupeau de 65 vaches et génisses gravée sur une pierre de lave située au niveau de la première assise d'un empattement taluté, à l'angle sud-ouest du bâtiment principal (ou bâtiment A sur les plans reproduits) : "La première pierre de ce foyer de progrès agricole a été posée le 24 avril 1963 par Monsieur Valery Giscard d'Estaing, conseiller municipal et semble avoir donné une des orientations à l'extension du bourg. Le foyer devient centre de offre un nouveau point de vue à l'édifice. Une seconde inscription (au niveau de la cour à portiques
    Couvrements :
    dalle de béton en béton armé
    Aires d'études :
    aire d'étude de la région Auvergne-Rhône-Alpes
    Référence documentaire :
    technique, 1987-1988. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes site de Clermont-Ferrand. 135 WR 10. Rochefort -1988. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, site de Clermont-Ferrand.135 WR 12. Rochefort-Montagne (63 Artense, par Jean-Michel Sauget, Gabriel Fournier, Yves Michelin. Clermont-Ferrand : étude du patrimoine Clermont-Ferrand. 135 WR 1 à 29. Dossier administratif, dossier technique, etc. Les documents relatifs aux ans d'enseignement agricole en Auvergne. Lempdes : Direction régionale de l'agriculture et de la forêt d'ouvrage du projet de rénovation et extension, 1988-1993. Archives Région Auvergne-Rhône-Alpes, site de travaux en maîtrise d'ouvrage par la région Auvergne du LPA de Rochefort-Montagne occupent les cotes 135 Lycée d'enseignement professionnel agricole de Rochefort-Montagne, plaquette de présentation , [entre 1984 et 1989]. [R. Foury]. Lycée d'enseignement professionnel agricole de Rochefort-Montagne. Sans date [postérieur à 1984], sans éditeur. Plaquette de présentation du lycée. Photographies de
  • Centre de formation professionnelle agricole, puis lycée professionnel agricole, puis établissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricole des Combrailles, site de Pontaumur
    Centre de formation professionnelle agricole, puis lycée professionnel agricole, puis établissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricole des Combrailles, site de Pontaumur Pontaumur - 11 rue Montaigne - bâti lâche - Cadastre : 2019 AO 121
    Titre courant :
    Centre de formation professionnelle agricole, puis lycée professionnel agricole, puis établissement public local d'enseignement et de formation professionnelle agricole des Combrailles, site de Pontaumur
    Description :
    , parallèle à la rue, surmontée, en son milieu seulement, de deux étages carrés. Il respecte un recul d'alignement occupé principalement par un jardin de façade et un perron. Au sud, au niveau de la salle, dite de conférences à l'origine et polyvalente actuellement, bassins, ponceau, volières et hôtel à insectes sont isolés de l'espace public par une grille de clôture à simples barreaux. À l'arrière et au nord, un corps de bâtiment contenant actuellement le centre de documentation et les garages flanque la barre de circulation verticale, sans compter les degrés, et les escaliers de secours métalliques situés à l'extérieur. Les deux escaliers principaux sont éclairés par des "colonnes" de pavés de verre situées de part et d'autre de la cage, créant une saillie sur l'élévation arrière. À partir du sud au rez-de-chaussée d'un système de baies aménagées en dents de scie en façade, un vestibule, prolongé par un auvent à l'extérieur, puis un couloir central distribuant à l'est les salles de classe et de travaux pratiques, et à
    Jardins :
    bocage de jardin
    Murs :
    pierre moellon sans chaîne en pierre de taille
    Illustration :
    -devant de la salle s'élève un hôtel à insectes en forme de perroquet (il ne s'agit pas d'une oeuvre créée Plan de situation, d'après le plan cadastral, au 27 juin 2019. IVR84_20196300152NUDA Plan du lotissement, 13 février 1962, modifié le 1er juin 1962, par Georges Galinat, architecte de la ville de Riom. IVR84_20196300158NUCA Avant-projet, par G. Galinat et F. Jaffeux. Plans du sous-sol et rez-de-chaussée, éch. 0,01pm, 2 formant hall d'entrée surmonté de l'acronyme LPA, il abrite en 2019 deux volières, dont celle de la mascotte de l'établissement, le perroquet Hélios. IVR84_20196300113NUC4A Vue générale depuis le fond de l'impasse Montaigne (depuis le nord-est). À droite du cliché, on aperçoit des éléments du chantier de construction de l'édifice de remplacement. IVR84_20196300153NUCA Façade principale depuis le nord-est : la volée à droite est l'escalier de secours de la cantine
    Représentations :
    Le premier niveau de l'édifice, en façade principale sur la rue (correspondant au rez-de-jardin ), est parementé (ou maçonné ?) de moellon, de même que le pan de mur situé au nord de l'auvent.
    Texte libre :
    habitants en 2015 et elle est située sur la zone d'emplois de Clermont-Ferrand, dont elle est distante Gordon-Bennett (route de Clermont-Ferrand à Limoges), encore totalement vierge en 1954 (voir les données "Un nouveau service" inscrit au 5e Plan... D'après l'INSEE, la commune de Pontaumur comptait 675 pourtant de 40 km. Le secteur sur lequel est implanté le lycée, entre la rivière (le Sioulet) et l'avenue de la rubrique "Remonter le temps" de l'IGN), a fait l'objet de plusieurs aménagements dans les années 1960. Il est désigné du terme de "Grand pré" et correspond à une parcelle cadastrée au n°48 de la et un lotissement composé de 30 lots. Cette opération représente "une extension et un équipement du construction d'une maison de retraite et d'un centre de formation professionnelle agricole (CFPA). Le conseil municipal met gratuitement à disposition des services du ministère de l'Agriculture le terrain nécessaire à inhérentes aux deux nouveaux projets. ...Exemplaire de la discrétion des équipements publics des années
    Historique :
    LPA, pour lycée professionnel agricole, a ouvert ses portes à la rentrée de 1971, d'après le gestionnaire du lycée rencontré le 4 juin 2019. L'avant-projet conservé dans les archives de la mairie, daté du 2 octobre 1967, est signé de Georges Galinat, architecte, et F. Jaffeux, architecte DPLG, et apparaît comme une commande du ministère de l'agriculture. On peut supposer que les travaux ont commencé en ailleurs, un ancien fascicule non daté (présentation de l'établissement à sa création ?) nous a été remis par l'administration ce même 4 juin 2019 dans lequel il est fait état d'un Centre de formation des Combrailles et basé en outre sur le site de Saint-Gervais d'Auvergne, affiche une spécialité de formation aux métiers de l'animalerie à Pontaumur, et aux métiers du chien à Saint-Gervais-d'Auvergne projet de reconstruction avait été évoqué. Des plans produits en 2015, repris par la suite, ont conduit à l'ouverture du chantier de reconstruction en octobre 2018 (permis de construire délivré au président du
    Aires d'études :
    aire d'étude de la région Auvergne-Rhône-Alpes
    Référence documentaire :
    , renseignez-vous. Sans date ni nom (imp. chez Siman à Clermont-Ferrand). [1971 ?] Plaquette illustrée Plaquette de présentation du LPA de Pontaumur. CFPA Pontaumur. Documentation du Service régional de l'Inventaire. CFPA Pontaumur. Agriculteurs, futurs agriculteurs, pour votre formation et celle de vos enfants notamment d'une photographie de façade, de trois salles et d'une "chambre de garçons". de Pontaumur. Avant-projet, par Georges Galinat, architecte de la ville de Riom. 2 octobre 1967. Plan d'implantation. Façades et coupes. Plans du sous-sol et du rez-de-chaussée. Plans des étages.
  • Nouvelle usine de tabac de Riom
    Nouvelle usine de tabac de Riom Riom - Zone industrielle La Varenne - du Stade avenue - bâti lâche - Cadastre : 2018 BE 257
    Titre courant :
    Nouvelle usine de tabac de Riom
    Étages :
    en rez-de-chaussée
    Description :
    axes routiers et dispose d'un embranchement ferroviaire sur la ligne Clermont-Ferrand - Paris, comme Le terrain de 21 hectares sur lequel est implantée l'usine est situé au croisement de plusieurs surface de 80 000 mètres carrés. Sont reliés au bâtiment principal trois pavillons affectés aux bureaux la direction. Le plan est semblable à celui de l'usine nantaise de Carquefou, dont la construction est achevée en 1974. Un parc de stationnement de 260 places précède l'entrée principale du site. Tous les bâtiments sont de plain-pied. Les poteaux en béton porte la couverture à 7 mètres de hauteur. La techniques. D'après les plans, la couverture était composée de toits à longs pans et noue, mais d'après la , restaurant, vestiaires) présentent une structure de panneaux préfabriqués. Des marquages au sol nombreux renvoient à un système de "lean manufacturing" (qui permet à l'ouvrier de mieux se replacer après une action ). D'une manière générale l'environnement est très bavard, en commençant par le panneau d'accueil de
    Jardins :
    bocage de jardin
    Destinations :
    usine de tabac
    Appellations :
    du SEITA, puis de la SEITA, puis Altadis, puis Imperial Tobacco
    Illustration :
    Situation de l'usine par rapport au centre de Riom, à la gare et à l'ancienne manufacture de tabac Plan général, direction des études et de l'équipement du SEITA, 4/7/1972, modifié en 1974 et 1975 Plan du site et principales zones de production. IVR84_20186300059NUDA Schéma d'un poste de fabrication-paquetage IVR84_20186300060NUDA Vue générale depuis le sud-est, dans l'enclos de l'usine, avec embranchement ferroviaire au premier Façade principale (d'entrée), prise de l'angle nord-ouest. IVR84_20186300006NUC4A Plan général de l'usine, avec en surcharge les indications des angles de prises de vue des clichés N°0 sur le plan de situation des prises de vue (voir plus haut). Paravent délimitant la salle N°1 sur le plan de situation des prises de vue (voir plus haut). Bâtiment administratif (A) : salle N°2 sur le plan de situation des prises de vue (voir plus haut). Carrelage mural d'une salle de
    Dénominations :
    usine de tabac
    Texte libre :
    Patrimoines au ministère de la Culture, afin de suggérer l'ouverture d'un dossier d'urgence concernant la "nouvelle usine de tabac de Riom" dont la fermeture définitive était annoncée. Riom est en effet unique en dossier sur l'ancienne manufacture du XIXe siècle (notice IA63001027 de la base de données nationale Architecture). Dans le but de conserver la trace minimale d'un état des lieux destiné à disparaître, un dossier d'urgence a donc été ouvert grâce à l'accueil dans les lieux de la direction d'Imperial Tobacco le 28 novembre 2017, le 11 décembre 2017 (campagne de photographies des intérieurs) et le 24 janvier 2018 (campagne de photographies des extérieurs).
    Historique :
    À la fin des années 1960, les bâtiments de la manufacture riomoise construite principalement entre 1876 et 1883, n'offraient plus suffisamment de possibilités d'adaptation aux conditions modernes (Service d'exploitation des tabacs) décide donc de faire construire une nouvelle usine dans la zone industrielle de la Varenne. Édifiée à partir d'août 1971, sur des plans produits par le bureau des études et de l'équipement du SEITA, ouverte le 1er septembre 1975, l'usine était en 1981 le principal centre de production de cigarettes en tabacs blonds en France, employant environ 550 personnes. En 1980, le SEITA devient fermeture de l'usine est annoncée. Les machines en place en 2017, dont le déménagement est programmé pour la fin de la même année, ont une vingtaine d'années d'âge.
    Référence documentaire :
    Inventaire des archives de la manufacture des tabacs de Riom SMITH, Paul. Inventaire des archives de la manufacture des tabacs de Riom. Rapport dactylographié. 1981. Avec une introduction historique
  • Ferme de Sannes
    Ferme de Sannes Toulon-sur-Allier - Sannes - - isolé - Cadastre : 2017 YN 12
    Titre courant :
    Ferme de Sannes
    Étages :
    en rez-de-chaussée 1 étage de comble
    Description :
    Sur une terre d'élevage associé à de la polyculture, dans un paysage de semi-bocage, la ferme de Sannes présente une cour ouverte (close récemment de manière sommaire) avec principalement deux granges -étables et une maison organisées quasiment perpendiculairement. Un principe de symétrie encore plus strict organise la façade sur cour de la grange-étable située à gauche en entrant dans la cour depuis la route nationale. Située sur un terre-plein (remblai de l'ancienne maison), la maison lui fait face de façon à bénéficier d'une exposition au sud. Au fond de la cour se trouve une seconde grange-étable. Ensuite viennent schéma). Un bosquet et un jardin d'agrément sont disposés à proximité de la maison : le bosquet en façade et le jardin le long de la route. Un potager est situé à l'arrière (au sud) de la porcherie. Plus des trois-quarts de la parcelle (d'une surface supérieure à sept hectares) sont occupés par un pré. En termes de gabarit, les deux granges-étables l'emportent sur la maison tant en longueur qu'en hauteur. Les
    Illustration :
    . À l'arrière-plan, voie ferrée et train (ligne Paris-Clermont-Ferrand). (Photo chercheure Extrait du plan cadastral dit napoléonien, 1826. Commune de Toulon-sur-Allier. Section K1. Lieu-dit Plan-masse de la ferme. IVR84_20200300109NUDA Feuillet encadré, portant le titre "Domaine de Sannes. Ils l'ont mis en valeur" livrant une succession de noms supposés correspondre aux différents exploitants de la ferme de 1670 à 1982. (Photo Vue de situation : depuis le chemin menant du lieu-dit Les Dionnets au lieu-dit Les Vignots. RN7 : à droite de la photo, en montée ; à gauche de la photo : pont routier enjambant la voie ferrée Vue de situation : depuis le chemin menant du lieu-dit Les Dionnets au lieu-dit Les Vignots. RN7 : à droite de la photo, en montée. Au centre de la photo : le moulin de Sannes (bâtiment le plus haut sud-ouest de la ferme. En se rapprochant de la voie ferrée. Le pré à vaches du second plan et la ferme
    Escaliers :
    escalier de distribution extérieur escalier droit en maçonnerie
    Texte libre :
    -Clermond-Ferrand terminée en 1855. La ferme de Sannes se trouve ainsi enchâssée entre la route royale et la Contexte institutionnel. Sollicité le 10 juin 2020 par le Service régional de l'archéologie dans le cadre d'une opération d'archéologie préventive au lieu-dit Sannes, le Service de l'Inventaire général du patrimoine culturel de la Région Auvergne-Rhône-Alpes a jugé que l'ouverture d'un dossier ponctuel se justifiait à plusieurs titres : -disparition programmée de la ferme de Sannes, sauf un bâtiment destiné à l'accueil du public d'une future aire de repos, -mise à disposition par le service régional de l'archéologie accessible à partir de ce dossier, rubrique ci-dessous Liens web), -travail en archives mené par l'ancien fermier exploitant puis locataire de la ferme, M. Raymond Martin, dont le témoignage et la documentation ont été recueillis par les archéologues, -caractère représentatif avéré de l'édifice, à la lumière notamment de l'étude sur l'habitat rural en Bourbonnais conduite dans les années 1970 par Jean-Paul Leclercq
    Historique :
    La ferme représentée sur le cadastre daté de 2017 et visitée en 2020 occupe l'emplacement d'une (information orale recueillie par les archéologues), la maison, en 1875 ("date gravée sur une plaque de pierre de l'Allier, sous la cote 4 H 541-547, reproduit dans le Rapport de diagnostic, p. 95), la porcherie en 1889, avec ajout de loges en 1928 (information orale recueillie par les archéologues). D'après un agricole jusqu'en 1670, puis par les "sieurs de Sane", ensuite par les religieux de l'hôpital Saint-Gilles (de Moulins), et enfin par une succession de fermiers dits alternativement "marchands" ou "exploitants ", jusqu'à Robert Martin, "fermier exploitant" de 1964 à 1982. Ajoutons qu'à sa suite, de 1982 à 2008, M . Raymond Martin s'est révélé être le dernier "fermier exploitant", puis locataire des bâtiments de 2008 à mai 2020. Depuis 1851, les ancêtres de M. Raymond Martin se sont succédé sur le site, d'abord comme métayers, jusqu'en 1919, puis comme "fermiers exploitants". M. Raymond Martin a établi que de 1798 à 2006
    Référence documentaire :
    Rapport de diagnostic archéologique Rapport de diagnostic-Septembre 2020 Service d'archéologie préventive du département de l'Allier. Rapport de diagnostic - Septembre 2020 - Toulon-sur-Allier, ferme de d'intervention : 3/8/2020 au 6/8/2020. Arrêté de prescription n° 2020-647 Opération archéologie Patriarche n° 03 Histoire du village de Sannes Histoire du village de Sannes Anonyme. Histoire du village de Sannes . Feuillet disposé sur un lutrin à destination de visiteurs, amenés probablement par la Communauté d'agglomération de Moulins, dernière propriétaire des lieux. Commission régionale d'Auvergne de l'Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France
1